Tchao Günther!

Ce n’est à proprement parler pas une bd québécoise étant donné que l’auteure est française, mais comme elle habite à Montréal, et que c’est édité par un éditeur québécois Parfum d’encre, hein…bon… c’est un peu québécois quand même!

Et surtout c’est une chouette BD! Cette dessinatrice raconte l’arrivée d’un cancer du sein dans sa vie, à 29 ans. Pas folichon folichon tout ça, me direz-vous! En effet, dans le genre « bim, prends ça dans ta face de trentenaire », ça se pose là, mais c’est raconté avec beaucoup d’humour.

Au départ, c’était un blog http://tchaogunther.com/, qu’elle a commencé car elle ne savait pas trop comment annoncer ça à ses proches, et c’était aussi une façon de dédramatiser, de rendre ça réel, d’avoir un espace pour exprimer ses angoisses…Elle donne même un pti nom à son cancer : Günther (car c’est en allemand qu’on dresse les animaux de cirque!). C’est drôle et très touchant, et personnellement, en temps que fille de 30 ans (bon ok, 31…:( ), on est forcément un peu chamboulée, et on a très envie d’aller se faire dépister, au cas où…

Aujourd’hui, un 1er tome est sorti, un 2 ème viendra (après le cancer, la chimio, youhou!). Et en attendant, on espère que tout va mieux pour elle, et qu’elle a gagné la bataille. Allez, dégage Günther!

tchaoghuntercouv

tchao gunther

tchao gunther

Il n’y a pas encore d’éditeur en France, mais je suis sûre que ça ne devrait pas tarder…

Avec Arthur H, la vie c’est comme de la vache qui rit!

Pendant 4 jours (du jeudi 28 au dimanche 31 aout), il y a le festival Nuit blanche sur tableau noir sur l’avenue Mont-Royal, avec différentes choses qui se passent (c’est utile hein?!). On ne connait pas vraiment le programme en fait, désolé ! 🙂 On sait 2 choses à ce sujet : le thème de cette année est « cinéma », mais surtout, Arthur H était en concert gratuit le 1er soir (soit hier!), devant le métro Mont-Royal. Et ça, c’est une info qui n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde! Ni une, ni deux, après avoir raté tous les festivals de cet été pour cause de bébé-qui-vient-de-naitre, Charlotte, n’écoutant que son courage, abandonne lâchement homme et enfant pour aller faire sa midinette!

concert-arthurh

Il était  drôle, il était beau, (il sentait bon le sable chaud), et ses chansons sont drôles, belles ou les deux ensemble. (Midinette disais-je!). Donc forcément c’était très chouette! En plus c’est un habitué de Montréal, il a habité le quartier et il connait même très bien le slogan de Jean Coutu, c’est vous dire!

arthur H plateau mont royal

Belle gueule, y’a pas que moi qui le dit!

Thérapie par le soleil!

soleil couchant

… elle avait décidé de venir voir le soleil mourir derrière les arbres du parc. « Y’a rien qui est assez important pour remplacer le seul show gratis que le bon dieu nous a donné. Si t’as des problèmes au coucher du soleil, laisse les tomber pis va te pâmer devant l’orgie de couleurs que ton créateur se paye tous’es soirs, ça console, ça lave, ça purifie. Le coucher du soleil, c’est comme un coup de couteau qui coupe la journée en deux! Quand tu regardes ça, t’es pas heureux, t’es pas malheureux, t’es p’tit. »

Extrait du 1er tome des chroniques du Plateau de Michel Tremblay : « La grosse femme d’à côté est enceinte ».
Le livre se déroule sur une seule journée de mai 1942, et met en scène de nombreux personnages, dans leur quartier du Plateau Mont-royal. À l’époque le quartier était très populaire avec un milieu ouvrier assez pauvre (ça a bien changé depuis, quartier de bobo s’il en est!). Dans le livre, les femmes sont presque toutes enceintes car guerre oblige, si un homme attendait un enfant, il n’était pas obligé de partir à la guerre. L’écriture est vraiment chouette, les descriptions des lieux comme des personnages m’ont beaucoup plu. Direction la bibliothèque pour le tome 2!

le 12 août, j’achète un livre québécois

« Le 12 août, j’achète un livre québécois » est une initiative lancée par des auteurs québécois, pour dynamiser le marché du livre de la province. Et c’est aujourd’hui, alors allez donc faire un tour chez votre libraire préféré! Si vous jouez le jeu à fond, vous pouvez poster une photo de votre nouvelle acquisition sur la page facebook de l’événement (un selfie avec votre livre, ou juste votre livre, ou votre librairie…): https://www.facebook.com/events/259521250915928/

 

livre quebecois

 

Bon, là c’est triché car c’est un livre que l’on n’ a pas acheté aujourd’hui, mais c’était pour illustrer le propos! Promis, je vais y aller. (Entre parenthèse, ce livre est le 1er de la série des « chroniques du Plateau » de Michel Tremblay, et c’est chouette de lire un livre qui se passe dans un quartier que l’on habite).

L’accent français

Lu dans « Journal d’un corps » de Daniel Pennac. Le narrateur parle de son amie Suzanne, québécoise :

 » Quand Suzanne imitait l’accent français, mon accent, elle m’offrait la physiologie de notre langue. Son visage rétrécissait, ses sourcils se haussaient, elle redressait la tête, baissait à demi les paupières, avançait une bouche hautaine et boudeuse : Vous autres, maudits Français, toujours à parler avec votre bouche en cul-de-poule, comme si vous chiiez des oeufs en or sur nos pauvres têtes! »

« L’accent, disait Suzanne, c’est la langue telle qu’on la mange! Toi, le français tu le chipotes, moi je m’en goinfre. »

Le livre n’a rien à voir avec le Québec, mais on trouvait drôle de tomber là dessus. Nos amis québécois nous imitant toujours en faisant la bouche en cul-de-poule!
Chouette livre, soit dit en passant. Une version existe illustrée par Manu Larcenet et ça a l’air beau, comme toujours. (On aime d’amour Manu Larcenet :))

journal d un corps

journal d un corps2

larcenet

Art mural

Cette fin de semaine, on pouvait se balader sur l’avenue Saint Laurent (et ruelles alentours) – rendue piétonne pour l’occasion – et voir les nouvelles fresques réalisées par des graffeurs dans le cadre du festival Art Mural. Un des nombreux évènements qui ont lieu l’été à Montréal.

mural

mural

Et certains étaient encore au boulot!

mural

 

Parce que la BD c’est chouette

Petite BD québécoise à découvrir : chronique d’une fille indigne de Caroline Allard et Francis Desharnais. Des petites histoires en 1 page sur une petite gamine malicieuse. Dans la veine de Calvin & Hobbes, en moins bien évidemment (car il n’y a rien au dessus de Calvin & Hobbes) mais fort sympathique malgré tout !

chronique d une fille indigne chronique d une fille indigne chronique d une fille indigne chronique d une fille indigne

Dans la série « BD avec des enfants », Le guide du mauvais père, tome 2, vient de sortir et c’est bien drôle aussi. C’est de Guy Delisle, auteur québécois également, et bédéiste de grand talent…