Le hockey est de retour et c’est une ostie d’bonne nouvelle!

patin_hockey

Vous pouvez compter sur nous les mecs! A défaut d’être sur le terrain on pourra toujours se mettre devant l’écran avec une bière! Et c’est même pas que par plaisir, mais aussi pour relancer l’économie québécoise! Et oui avec le lock-out de la LNH qui durait depuis septembre, c’est 40 % de chiffre d’affaire en moins pour les bars qui diffusent les matchs. Alors si vous voulez sauver vos bars, allez descendre des pintes en masse en écoutant une game!

Trick or treat !

Comme c’est émouvant, notre première citrouille !

On est assez fiers de notre première sculpture sur citrouille  ! Et on a envie d’en faire d’autres ducoup ! (2 $ la citrouille, ça va, c’est pas la ruine !).

Maintenant on n’a plus qu’à acheter des bonbons et trouver des déguisements et on sera fin prêts pour notre premier Halloween (on entend par là un vrai Halloween dans un pays dont c’est la culture, et où ils sont vraiment à fond, pas le ridicule Halloween français déjà passé de mode d’ailleurs !)

Pour la petite histoire, Halloween serait au départ une fête folklorique anglo-saxonne, d’origine celtique, et importée en Amérique par ses immigrants au 19ème.

Et pourquoi la citrouille ? A cause de la légende de Jack-O’-Lantern, personnage issu d’un vieux conte Irlandais.

« Jack aurait été un avare, un personnage ivrogne, méchant et égocentrique. Un soir, alors qu’il était dans une taverne, le diable lui apparût et lui réclama son âme. Jack demanda au diable de lui offrir à boire, un dernier verre avant de partir pour l’enfer. Le diable accepta et se transforma en pièce de six pence. Jack la saisit et la plaça immédiatement dans sa bourse. Cette dernière ayant une serrure en forme de croix, le diable ne pouvait s’en échapper. Finalement, Jack accepta de libérer le diable, à condition que ce dernier lui accorde un an de plus à vivre. Douze mois plus tard, Jack fit une autre farce au Diable, le laissant en haut d’un arbre (sur lequel il avait gravé une croix grâce à son couteau) avec la promesse qu’il ne le poursuivrait plus. Lorsque Jack mourut, l’entrée au paradis lui fut refusée, et le diable refusa également de le laisser entrer en enfer. Jack réussit néanmoins à convaincre le diable de lui donner un morceau de charbon ardent afin d’éclairer son chemin dans le noir. Il plaça le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et fut condamné à errer sans but, jusqu’au jour du jugement dernier. On l’appela alors Jack-o’-lantern. Et il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween. »

Bouhouhou…

étape 10 : Sainte-Anne-des-Monts – Sea Shack

Plus que quelques jours de vacances… snif… Sur le chemin pour aller à l’île verte (dernière étape de nos vacances), on s’arrête une nuit Au Sea Shak, « auberge festive » à Sainte Anne du Mont ! C’est un endroit super cool, un peu babos, où l’on ne croise pas de grosses caravanes comme dans les autres campings ! On peut dormir sous la tente, au bord de la mer, dans des chalets, des yourtes ou des tipis ! http://www.aubergefestive.com

Nous on a choisi le tipi, parce qu’on trouvait ça marrant ! Mis à part que c’est à moitié ouvert en haut, et que quand il pleut, ça tombe sur le lit, on a bien dormi !!! (et heureusement il a plu juste quelques gouttes !) Il y avait ce soir là un concert de caloon saloon, un groupe de country, les gens se déguisaient, et un mec payaient des tournées générales de shot à tout le camping régulièrement !!! Soirée bien marrante donc !

Vive le Québec libre !

Aujourd’hui c’était jour férié, fête nationale du Québec !

Il y avait ce soir un gros show dans le parc Maisonneuve de Montréal, retransmis à la télé, présenté par Guy A. Lepage (hyper connu ici, il présente le « tout le monde en parle » québécois, apparemment une des émissions les plus regardées, mais comme on aura pas la télé, on pourra pas voir à quoi ça ressemble!)

Bon alors le spectacle était à 20h30, et on avait vu sur le programme qu’il y avait des trucs à partir de 13h… Donc nous, on est arrivé tranquillement vers 17h ! Et là grosse erreur qu’on a pas faite ! En fait il n’y avait rien, du coup on a  zoné pendant 3 plombes ! Ce fut un peu long…
Évidemment s’il avait fait beau, on se serait posé dans l’herbe, on aurait lu… mais que dalle ! il y avait des énormes averses toutes les 20 minutes, l’herbe était trempée… On ne vous cache pas qu’on a failli rentrer, mais en même temps on avait 1 heure de marche jusque chez nous (a-t-on déjà précisé l’étendue de cette ville ?) , donc on ne serait pas revenu c’est sûr… et quitte à être venu, autant rester au moins pour voir le début…

Alors on a bu de la bière, et mangé un cheeseburger (souvenez vous, il n’y a que ça ici !!!) pour passer le temps !

Puis ça a enfin commencé !
On s’est pris une bonne grosse dose de chansons du cru (et de pluie !) C’était bien marrant ! Il y avait les plus grands chanteurs québécois (enfin je crois, vu que nous on les connait pas !), avec en guest star, of course, Mister Robert Charlebois !!! Sans oublier Eric Lapointe !

Ah, ah ! Vous ne connaissez pas Eric Lapointe, alors comment dire… euh… sans nous faire d’ennemis ici… c’est un peu le Johnny Halliday Québécois ! ( Personnellement  je crois que je préfère encore Johnny, mais c’est sans doute parce que je suis un peu habituée, je suis pas objective !). Bref on a pas trop pas trop aimé… mais on y reviendra !

Egalement un certain Damien Robitaille qui a fait son show entouré de danseuses (Toute ressemblance avec Tom Cruise serait fortuite) Ci-après le clip de son tube du moment avec des vrais morceaux d’hiver québecois dedans (Mais en fait il vient de l’Ontario… allez comprendre…) et un skidoo Bombardier grande époque.

Alors nous, on avait un peu froid, mais il y avait des gens en tee-shirt ! C’est des ouf ici !

Il a comme qui dirait un peu plu !
Heureusement pour lui, Guillaume avait sa capote géante ! Je crois qu’il va m’en falloir une !

ça y est, ça commence ! Enfin !

Robert Charlebois chante « je reviendrai à Montréal »

Heureusement pour nous, les paroles étaient écrites sur les écrans, ce qui nous permettait de comprendre, ou plutôt de lire les paroles !
Parce que soyons honnête, y’a certaines chansons… on ne sait toujours pas de quoi ça parle !  C’est plate hein ?!
Petit exemple du vocabulaire québécois, dans la chanson « Entre 2 joints » de ce cher Bob Charlebois :

Tout ça a commencé
Sur les plaines d’Abraham
La chicane a pogné
T’as mangé ta volée

Mais depuis ces temps-là
T’as pas beaucoup changé
Je te trouve ben magané
Pi encore ben pogné

REFRAIN:
Entre deux joints
Tu pourrais faire quelque chose
Entre deux joints
Tu pourrais te grouiller cul

Ta soeur est aux États
Ton frère est au Mexique
Y font de l’argent là-bas
Pendant que tu chômes icitte

Tes né pour un petit pain
C’est ce que ton père t’a dit
Chez les Américains
C’est pas ça que t’aurais appris

REFRAIN

Y te reste un bout à faire
Faut que t’apprennes à marcher
Si tu fais comme ton père
Tu vas te faire fourrer

Ah je sais que t’es en hostie
Pis que t’en as jusque là
Mais tu peux changer ça
Vit ça presse en maudit

REFRAIN

T’as un gouvernement
Qui te vole à tour de bras
Blâme pas le gouvernement
Mais débarrasse toi z’en

Couche-toi pas comme un chien
Pi sens-toi pas coupable
Moi je te dis que t’es capable
Ce pays là t’appartient

REFRAIN

T’as pas besoin de crier
T’as juste à tenir debout
Ça sert à rien de brailler
Mais faut que t’ailles jusqu’au bout

Tas rien à perdre vois-tu
Parce qu’ici au Québec
Tout commence par un Q
Pi finit par un bec.
Pi finit par un bec.