Bouffe de rue

Le 1er vendredi de chaque mois, tous les foodtrucks de Montréal se rassemblent au parc olympique. Vous vous direz, voilà le jour idéal pour se taper de la bouffe de rue, y’aura l’embarras du choix! Oui,certes. Mais non. Y’a beaucoup trop de choix pour quelqu’un comme moi… c’est l’enfer!!! 🙂 J’ai déjà du mal à me décider entre 2 plats dans un resto, alors là mon cerveau était en surchauffe!

bouffe-de-rue

Y’avait un monde de dingue, je ne m’y attendais pas. On a fait un premier tour pour du beurre, juste pour voir ce qui nous plaisait. Une fois l’heureux élu trouvé, il fallait faire le line up au moins 30 minutes quelque soit le camion choisi, et évidemment j’ai choisi un camion, et quand ça a été mon tour, il n’y avait plus ce que je voulais, mais comme ça faisait 30 minutes que j’attendais, je n’allais pas dire « ah bah non je vais aller ailleurs dans ce cas » donc j’ai pris autre chose, mais qui m’attirait moins, donc j’étais un peu déçue (mais en même temps c’est de la bouffe de rue, calmons nos ardeurs, je ne m’attendais pas non plus à une explosion de saveurs dans mon palais!), mais c’était l’fun quand même! On s’est posé dans l’herbe, il faisait beau… Autre inconvenient majeur pour moi : j’ai eu le malheur de prendre une bière, donc aux 30 minutes de file pour la bouffe, ajoutons 20 minutes de file pour aller pisser! Oh yeah!!! 🙂

bouffe de rue

bouffe de rue montreal

bouffe de rue montreal

bouffe de rue montreal

bouffe de rue montreal

Soyez toujours prêts! : http://montreal.streetfoodquest.com/?noCache=1436146076690

La prochaine fois, j’hésite pas, c’est sandwich de porc effiloché de pas de cochon dans mon salon. Slurp 🙂

Publicités

La cabane à sucre

2ème partie du we : la cabane à sucre, passage obligé au Canada. C’est l’endroit où l’on récolte et transforme l’eau d’érable en sirop. Dans la série « on mourra moins bête » : on recueille l’eau (la sève) d’érable en faisant une entaille dans le tronc, et il faut environ 35 à 40 litres d’eau d’érable pour faire 1 L de sirop. Mais attention, pas le droit de récolter la sève d’un arbre qui a un diamètre inférieur à 20 cm, soit un arbre âgé d’au moins 45 ans. La récolte se fait fin hiver début printemps, quand il fait à peu près -5° la nuit et 5° le jour, soit une différence d’une dizaine de degré. La récolte dépend beaucoup de cela et peut donc être plus ou moins longue selon les années.

Et il y a généralement un restaurant où l’on peut manger le repas typique de la cabane à sucre, toujours très léger, façon cantine avec des grandes tablées. Il y en a des plus ou moins grandes, familiales… et évidemment quand il y a 300 couverts, c’est un peu l’usine, donc beaucoup moins sympa. Là on est tombé sur une cabane à sucre bien cool, la petite cabane d’ la côte (Merci Morgane pour le choix!), juste comme il faut et on a fait exploser notre taux de cholestérol !

On a donc mangé le tout à volonté une soupe aux pois, avec un petit pain, puis une omelette aux fines herbes, des pommes de terre sautées, des fèves au lard, du jambon, une mini tourtière à la viande, une galette de sarrasin, le tout généreusement arrosé de sirop d’érable. Tout est servi dans des saladiers, chacun se sert comme il veut et quand y’en a plus y’en a encore ! Et en dessert (oui il y avait un dessert ensuite !) une sorte de beigne un peu spongieuse à l’érable. Et pour finir en beauté : la tire d’érable : un peu de sirop versé dans la glace, que l’on récupère avec un bâtonnet, et qui se mange comme une sucette! On avait un peu du mal à marcher après mais comme le dit si bien Guillaume « C’était gore, mais c’était bon! »

Alors pour bien digérer tout ça, comme marcher n’était pas possible, on a fait un petit tour en calèche ! On était les seuls adultes sans enfants, on est des gros débiles !

Puis retour à Montréal, où il n’y a plus du tout de neige. Snif.

Tim Hortons

Et oui, fallait bien un jour y rentrer dans un Tim Hortons ! On a tenu 9 mois quand même ! C’est la chaîne de restauration rapide la plus importante au Canada, dépassant largement Mc Do, subway & Co, autant en nombre d’enseignes qu’en chiffre d’affaire. Enfin quand on dit restauration, c’est un grand mot, il y a bien des sandwichs, breakfast… mais c’est surtout le café et les beignes que les canadiens viennent chercher ici.

Et donc on trouve quoi dans un Tim Hortons ? Du gras, du gras et du gras ! Et avouons le, le gras c’est toujours bon, mais c’est quand même vraiment pas raffiné… et ça pèse un peu sur le bide !

Boston au chocolat, boston érable (en gros un beignet avec une sorte de crème pâtissière à l’intérieur), latté et très petit chocolat chaud. Nous sommes des gens raisonnables. (Parce que le problème de ce genre de gras, c’est qu’on peut en bouffer plein, c’est addictif, (ou y’a que moi ?)).

Et si vraiment vous kiffez Tim Hortons et que vous voulez en faire profiter vos proches, offrez donc une carte cadeaux !

Si il y a bien un truc qu’on trouve étrange ici, c’est ce truc avec les cartes cadeaux ! Ils en font partout, pour tout, carte cadeau Mc Do, Starbuck, Tim Hortons… Ça nous semble tellement bizarre  » Tiens joyeux anniversaire, je t’offre une carte cadeau Mc Donald, youhou, c’est la fête ! »

Voilà, c’était notre premier Tim Hortons, moment important dans une année québécoise, on se devait de vous en parler !